Histoires Courtes





proposition visuel global - Ludovic Bernard


“ Même sur une vingtaine de minutes nos émotions foisonnent "




#5histoires #clown #maispasque #histoiredamourmacabre #contepourenfants #prévert #duo #onaimequandyaduchoix #théophilegautier #çapassetropvite #solo #ilssonttropsnombreuxonnepeutpastouslesciter





ASHAMA

d'après "Contes pour enfants pas sages" de Jacques Prévert



Jeune Public et Tout Public

Ashama - Ludovic Bernard

Conception et Jeu : Aurélie Imbert


Mise en scène : Marie Dissais




Une bibliothèque où on entend un refrain, une voix aiguë et une forme qui sort de derrière en se dodelinant sur du Sacha Distel. Ashama vient nous raconter une histoire. Son langage n'est pas tout à fait le nôtre, mais il a amené un livre, et il sait se faire comprendre, il a du tempérament et de la ressource. Il n'a pas beaucoup de temps, son temps à lui étant imparti, il fera de son mieux pour que ces hôtes comprennent l'essentiel. C'est un optimiste de base. Et il aime les gens et les histoires, ça n'est pas un problème de dialecte qui va l'empêcher de venir partager son livre préféré. Parce qu'Ashama, c'est un fou de lecture. Il lit tout, absolument tout. Et ce qu'il aime le plus, c'est les histoires avec des animaux et des hommes. Ashama a la fâcheuse tendance à se laisser envahir par ses histoires et à embarquer ses auditeurs avec lui...







MICHE ET DRATE

Jeune Public et Tout Public

visuel miche et drate

Texte : Gérald Chevrolet / Mise en scène : Aurélie Imbert


Jeu : Cora Badey et Alizée Buisson



Scénographie et costume : Arthur et Thibault Patain / Technique : Gaspard Charreton






Miche et Drate sont deux personnages sans âge, sans sexe avec des mots tendres, poétiques et oniriques, comme " deux parties du cerveau qui dialoguent au bord du monde." Miche est le rond, l'harmonie, la réflexion, la pensée. Drate est le carré, la flèche, l'instinct et la ligne droite. Ils échangent avec naïveté et humanité sur la vie : la peur, la mort, la beauté, l'inimitié. Bref, sur tout ce qui les entoure, du plus concret au plus abstrait.







ARRIVER LA

Tout Public

Arriver là - Ludovic Bernard

Mise en scène et jeu : Thibault Patain


Regards extérieurs  : Marie-Charlotte Barriquand, Alizée Buisson et Arthur Patain





Arriver là, est un solo de clown qui aborde frontalement la question des phénomènes de migration et d'exodes de populations entières, qui entreprennent des voyages souvent très dangereux pour se sauver de la guerre, de la pauvreté ou de la rudesse des changements climatiques.


Le spectacle en rue et en déplacement laisse libre cours au spectateur de suivre la migration, ou de la laisser passer et d'aider ou non à transporter le chargement-décor de ce clown.







DUSSET DARAM

Tout Public (à partir de 10 ans)

Dusset Daram - Ludovic Bernard

Texte et mise en scène : Étienne Delfini-Michel


Jeu : Marie Dissais et Étienne Delfini-Michel






A Téhéran , en 1979, Nadine est professeur de piano. Elle vit seule. Un personnage masculin étrange, « le Shah», lui tient compagnie. Le Shah est l'amant de Nadine, décédé au cours de la révolution Iranienne de 1979. Seule chez elle, elle discute avec le fantôme de son compagnon de l'amour et des enjeux politiques de la révolution Iranienne.







LA MORTE AMOUREUSE

Tout Public (à partir de 12 ans)

La morte amoureuse - Ludovic Bernard

Auteur : Théophile Gautier


Mise en scène : Cora Badey, Étienne Delfini-Michel


Jeu : Cora Badey, Étienne Delfini-Michel





Le vieux Romuald raconte à un autre ecclésiastique qu'il appelle « frère » les événements étranges qui ont commencé lors de son ordination. Le grand jour venu, à l'église, pendant la cérémonie, il aperçoit une jeune femme d'une beauté rare, « étincelante des couleurs du prisme et dans une pénombre pourprée comme lorsqu'on regarde le soleil » et en est boulversé. Les trois ans qui suivirent, Romuald fut le jouet d'une illusion singulière et diabolique. Fasciné et transit d'amour pour Clarimonde, il ne sait plus qui d'entre le prêtre ou le gentilhomme est l'identité chimérique. Mais un soir il découvre qu'elle le drogue afin de le piquer de sa petite aiguille en or pour boire quelques gouttes de son sang.


Du « moi » torturé à l'histoire d'amour macabre, jusqu'à l'intrusion du mystère dans la vie réelle, cette adaptation de La morte amoureuse nous plonge dans l'univers fantastique du romantisme noir du XIXème siècle. Un univers qui repose sur la dualité où le protagoniste se retrouve tiraillé entre deux identités, entre rêve et réalité, entre La Femme et Dieu, et laisse alors entendre une langue lyrique et exaltée.









Dimanche 10 mars à partir de 15h00




RESERVATION